Navigation – Plan du site
108

Existe-t-il une inadéquation entre l'offre de savoir et les entreprises dans l’agglomération de Bruxelles ?

La diffusion des connaissances dans les PME innovantes dans les services aux entreprises intensifs en connaissance (SEIC)

Notes de la rédaction

Ceci est le communiqué de presse relatif à l'article de Peter Teirlinck publié le 20 février 2017

Contrairement aux États-Unis, l’abondance de connaissances dans les universités et les organismes publics de recherche ne se traduit pas pleinement, en Europe, par des innovations dans les entreprises. La question des relations entre, d’une part, les acteurs des services et de l’industrie et, d’autre part, le monde de la recherche figure donc au premier rang des politiques économiques. Bruxelles n’y échappe pas. Les données empiriques disponibles y confirment un certain décalage entre le monde de la recherche et les entreprises : les universités et les organismes publics de recherche y jouent un rôle assez limité en tant que fournisseurs d’idées à l’origine d’innovation dans les entreprises. Et les universités sont beaucoup moins sollicitées qu’ailleurs pour des collaborations.

L’apparente discordance entre le poids de Bruxelles en matière de recherche universitaire ou publique et un faible recours au savoir qui y est produit de la part des entreprises mérite donc d’être décortiquée. Mais ce n’est pas forcément une mince affaire dans le contexte institutionnel belge ou les données relatives à la recherche sont plutôt publiées dans un cadre communautaire… et celles relatives à l’économie dans un cadre régional.

Peter Teirlinck, professeur de gestion de l’innovation à la KULeuven (campus de Bruxelles) a cependant pu examiner la question en se focalisant sur les petites et moyennes entreprises (PME) innovantes dans le domaine des services aux entreprises à forte intensité de connaissance, comme par exemple les bureaux d’ingénierie, les prestataires informatiques ou encore les consultants en gestion. En ventilant les données d’une enquête sur l’innovation entre les grandes agglomérations urbaines belges, ses résultats montrent plusieurs spécificités bruxelloises en matière de transferts de connaissance vers le monde de l’entreprise, ce qui a le grand mérite de dépasser les comparaisons régionales ou communautaires traditionnelles dans lesquelles le fait urbain bruxellois n’est pas bien pris en compte.

Tout d’abord, une cause des interactions limitées pourrait résider dans les différences entre Bruxelles et les autres grandes agglomérations urbaines belges en matière de structure économique. Les PME sont en moyenne plus grandes dans l’agglomération bruxelloise et peuvent dès lors internaliser certains processus, y compris la recherche appliquée. L’économie bruxelloise étant plus orientée vers les services que vers l’industrie, les PME y sont aussi moins impliquées dans l’innovation liée au développement de nouveaux produits. Dans les services, les innovations sont plus liées à des processus ou à des dispositifs organisationnels et les transferts de savoir se font davantage au travers des personnes et des expertises que des brevets ou des infrastructures techniques. Les consultants, voire la littérature scientifique, peuvent donc être des intermédiaires qui dispensent d’un partenariat formalisé avec l’université. Notons aussi que les PME bruxelloises opèrent aussi davantage sur le marché national, ce qui peut induire une relation avec leur environnement moins fondée sur la proximité, y compris en matière de recherche.

Mais surtout, Bruxelles offre un grand éventail de ressources. Les entreprises sont donc amenées à faire des arbitrages au sein d’une large gamme de connaissances, dont les universités ne sont qu’une des composantes. Et, dans certains cas, cet arbitrage n’est pas en faveur des partenariats universitaires en raison des coûts de coordination, par exemple pour aligner les agendas des chercheurs académiques et des entreprises. Paradoxalement, il se peut donc que les PME actives dans les secteurs nécessitant un recours intensif au savoir soient, à Bruxelles, mieux informées sur les ressources à utiliser et les endroits où les trouver, et dès lors, recourraient moins à la « porte d’entrée » universitaire. Un usage accru de l’externalisation dans le processus d’innovation des PME corrobore ce point de vue : la densité de prestataires potentiels soumet l’Université à une forte concurrence.

L’auteur invite donc à adapter aux spécificités bruxelloises les politiques de soutien à l’innovation et à la recherche appliquée… tout en soulignant que c’est probablement à une échelle métropolitaine plus que régionale qu’il faudrait travailler. Si la Région de Bruxelles-Capitale à une économie très orientée vers les services, son hinterland (en Région wallonne et flamande) a lui encore un caractère industriel non négligeable.

Pour citer cet article
Peter Teirlinck, « Existe-t-il une inadéquation entre l'offre de savoir et les entreprises dans l’agglomération de Bruxelles ? La diffusion des connaissances dans les PME innovantes dans les services aux entreprises intensifs en connaissance (SEIC) », Brussels Studies [En ligne], Collection générale, n° 108, mis en ligne le 20 février 2017. URL : http://brussels.revues.org/1475

Contact
Benjamin Wayens, Secrétaire de rédaction :
bwayens[at]brusselsstudies.be

  • Logo BSI
  • Logo Innoviris
  • Logo Région Bruxelles-Capitale
  • Revues.org