Navigation – Plan du site
109

Quelle place pour les activités portuaires et logistiques à Bruxelles ?

Notes de la rédaction

Ceci est le communiqué de presse relatif à l'article de Mathieu Strale publié le 20 mars 2017

La logistique et le transport de marchandises sont indispensables pour une ville, en assurant l’approvisionnement des commerces, des populations, des chantiers, des industries, ainsi que l’évacuation des déblais et déchets et la commercialisation de la production économique.

À Bruxelles, la zone du canal joue un rôle clé en la matière. Dès le 16e siècle, reliant Bruxelles d’abord à Anvers, ensuite à Charleroi, il a structuré l’urbanisation de cette partie de la Région. Un port s’y est développé et s’y maintient toujours aujourd’hui. Les quartiers bordant le canal ont accueilli des activités commerciales, artisanales puis industrielles, fixant aussi les quartiers populaires dans un bâti largement hérité du passé ouvrier. Aujourd’hui, la majorité des industries ont quitté ces quartiers, au profit de localisations périphériques mieux adaptées au contexte économique actuel, laissant de nombreuses friches. Néanmoins, des activités portuaires et industrielles se maintiennent et se concentrent dans l’avant-port, au nord de la Région, où l’accessibilité fluviale est meilleure, en raison du gabarit plus important du canal, et où les espaces industriels se rapprochent des standards actuels, du point de vue de la taille et de l’accessibilité routière.

Socialement, les quartiers bordant le canal sont restés populaires et présentent les plus fortes densités de population de la Région de Bruxelles-Capitale. Ayant souffert de la désindustrialisation et de la tertiarisation de l’économie bruxelloise et belge, les populations qui les habitent présentent majoritairement des revenus faibles. Le taux de chômage et la précarité socioéconomique y restent élevés.

Cet espace suscite pourtant un intérêt renouvelé. Les investisseurs y voient une opportunité, notamment en raison du faible coût du foncier et de la disponibilité des terrains, de l’engouement pour les waterfront urbains et de l’attrait de Bruxelles pour certaines franges de populations aisées. Du point de vue des autorités publiques chargées du développement territorial, les abords du canal font l’objet de nombreuses initiatives dans un contexte de mutation de la politique urbaine au profit d’une vision plus entrepreneuriale : reconversion de l’espace public, construction de nombreux logements et développement de projets urbanistiques devant changer l’image de ces quartiers et plus largement de la Région. De leur côté, les autorités portuaires ambitionnent toujours d’y maintenir et déployer des activités liées à la voie d’eau.

Dans le numéro 109 de Brussels Studies, Mathieu Strale, géographe de l’Université libre de Bruxelles, montre bien comment ces projets et intérêts multiples modifient les équilibres socioéconomiques de l’axe du canal, transforment le profil urbanistique et augmentent la pression foncière sur ce territoire. La spécificité de son point de vue est de traiter ces évolutions du point de vue des activités portuaires et logistiques. Son analyse est articulée en deux parties. Dans un premier temps, il étudie le rôle de la zone du canal dans la logistique bruxelloise et sa place dans les mutations que connaissent ces chaines de distribution. Ensuite, il traite du jeu d’acteurs dans la zone du canal, de son évolution et des conséquences en matière d’activités portuaires et industrielles.

Ses observations appuient l’hypothèse que les jeux fonciers et les rapports de force dans l’espace du canal tendent à renforcer le recul des activités logistiques à Bruxelles, malgré le rôle majeur que peuvent jouer certaines d’entre elles pour l’approvisionnement et l’économie urbaine. Au-delà, ces changements mis en lumière illustrent, selon l’auteur, les transformations qui se déroulent dans l’espace du canal, sur le plan urbanistique, politique et social et plus largement l’évolution de la politique de développement urbain à Bruxelles.

Plus qu’ailleurs, c’est dans la zone du canal qu’il faut arbitrer entre les différents intérêts. Si la mutation des abords du canal est au centre de la politique régionale, les conséquences négatives potentielles sur le maintien de l’activité portuaire et logistique pour l’économie, la mobilité et l’environnement bruxellois devraient faire l’objet d’une forte attention. Un revirement impliquerait probablement d’identifier les activités portuaires, logistiques et de transport de marchandises dont l’effet est bénéfique pour la Région, en termes d’emplois et de mobilité, et de les protéger, en les préservant de la spéculation foncière et par des politiques favorables à leur fonctionnement.

Pour appuyer une action publique régulant mieux la concurrence des fonctions dans la zone du canal, des coalitions inédites pourraient (ou devraient) apparaître, par exemple entre les industriels, grossistes, logisticiens (directement menacés d’éviction) et… les habitants (qui subissent indirectement les transformations socioéconomiques de la zone). Cette nouvelle coalition pourrait même soutenir les autorités chargées du transport, conscientes de l’importance logistique de la zone du canal. Mais il s’agirait là néanmoins d’un jeu d’acteurs complexe et précaire, les intérêts n’étant partagés que sur certains dossiers et divergents sur d’autres. Mais surtout, cette hypothétique coalition aura fort à faire face aux promoteurs et aux logiques plus entrepreneuriales d’autres acteurs publics.

Pour citer cet article
Mathieu Strale, « Quelle place pour les activités portuaires et logistiques à Bruxelles ? », Brussels Studies [En ligne], Collection générale, n° 109, mis en ligne le 20 mars 2017, URL : http://brussels.revues.org/1491


Contact
Benjamin Wayens, Secrétaire de rédaction :
bwayens[at]brusselsstudies.be

  • Logo BSI
  • Logo Innoviris
  • Logo Région Bruxelles-Capitale
  • Revues.org