Skip to navigation – Site map
111

Gestion des eaux à Bruxelles : enseignements des longues séries temporelles de données du système de télémétrie Flowbru

Editor's notes

Ceci est le communiqué de presse relatif à l'article de Nicolas de Ville et Michel Verbanck publié le 22 mai 2017

Les égouts sont une infrastructure urbaine aussi indispensable que discrète. Sauf quand un dysfonctionnement fait qu’ils se rappellent à notre bon souvenir : effondrements liés à leur grand âge, débordements lors des orages, arrêt de la centrale d’épuration… mais aussi coût de leur rénovation sur les factures d’eau. Les travaux destinés à cet entretien et à la création de bassins d’orage figurent aussi parmi les grands chantiers qui ponctuent une ville qui redécouvre douloureusement sa dépendance aux infrastructures souterraines.

Les défis de la gestion de l’eau à Bruxelles sont nombreux et variés : lutte contre les inondations dans un contexte d’imperméabilisation croissante des sols, limitation de la pollution des rivières… et gestion d’un réseau d’égouts conçu et/ou construit il y plus d’un siècle. Il le fut à l’époque dans un unique but : évacuer au plus vite les eaux malsaines et malodorantes produites par une ville en pleine croissance en utilisant tous les cours d’eau disponibles. Dès lors, nombreux sont les ruisseaux qui furent couverts et convertis en collecteurs d’égouts.

Aujourd’hui, c’est cet héritage qu’il faut gérer. Et il est mal adapté à une gestion plus respectueuse de l’environnement. Les réseaux hydrographiques naturels et artificiels s’interpénètrent aujourd’hui tellement qu’il est difficile de les distinguer. Ce qui n’est pas sans conséquence sur certaines infrastructures. Par exemple, les stations d’épuration sont conçues pour nettoyer des eaux polluées. Elles perdent une large part de leur efficacité lors d’afflux massifs d’eaux moins chargées, par exemple les eaux pluviales.

Dès lors, on comprend que mieux connaître la nature précise de ce qui circule dans les égouts est un préalable indispensable à une gestion efficiente. À ce titre, les données collectées sur de longues durées par Flowbru, le réseau de surveillance quantitatif des eaux de surface et des eaux usées ainsi que de la pluviométrie en Région de Bruxelles-Capitale, sont une réelle opportunité pour mieux connaître le système hydrographique bruxellois.

Le numéro 111 de Brussels Studies synthétise les enseignements de l’analyse de ces données par Nicolas de Ville, bio-ingénieur et Michel Verbanck, ingénieur civil, œuvrant tous deux à la Faculté polytechnique de l’Université libre de Bruxelles. Ils se sont particulièrement intéressés à l’un des collecteurs alimentant la station d’épuration Nord. Un déversoir de protection prévoit, en cas de trop grands afflux, la décharge des eaux usées directement dans la Senne, sans passage par la station d’épuration. On appelle cela le « surversement ». Partant du constat que ces décharges sont très fréquentes et hypothéquaient significativement les améliorations de la qualité des eaux attendue suite à la mise en activité de la station d’épuration, les deux ingénieurs ont cherché à mieux comprendre, en mobilisant les données de Flowbru, les facteurs à l’origine de la multiplication de ces évènements polluants.

Le premier élément mis en évidence est l’infiltration d’eaux propres parasites dans le réseau des égouts. Cette infiltration est à son maximum en hiver. On pourrait en partie décharger le réseau d’égouts en s’assurant que les eaux parasites ne s’y infiltrent plus (en étanchéifiant mieux les collecteurs par exemple) et s’évacuent plutôt par les ruisseaux et rivières. La diminution de la part l’eau parasite, trop propre, contribuerait directement à un meilleur fonctionnement de la station d’épuration. Cependant, cette infiltration contribue à un processus d’autonettoyage des égouts. La réduction de ce processus pourrait donc aussi contribuer à un encrassement accru des égouts par sédimentation.

Or précisément, le second facteur identifié comme cause des multiples décharges directes dans la Senne est l’accumulation des sédiments. Les chercheurs démontrent, au travers de plusieurs analyses convergentes, que la couche de sédiment au fonds du collecteur étudié est aujourd’hui cinq fois plus épaisse que ce que l’on observait au milieu des années 1980. Cela réduit évidemment de manière substantielle la capacité du collecteur et favorise la multiplication des épisodes de saturation du réseau.

Visiblement, c’est bien en intégrant réellement les nouvelles infrastructures (stations d’épuration, bassins d’orage), la rénovation du réseau d’égout, mais aussi l’entretien régulier des collecteurs et la réhabilitation des circulations naturelles de l’eau que l’on parviendra à une gestion à la fois plus efficiente et soutenable.

Pour citer cet article
Nicolas de Ville et Michel Verbanck, « Gestion des eaux à Bruxelles : enseignements des longues séries temporelles de données du système de télémétrie Flowbru », Brussels Studies [En ligne], Collection générale, n° 111, mis en ligne le 22 mai 2017, URL : https://brussels.revues.org/1522


Contact
Benjamin Wayens, Secrétaire de rédaction :
bwayens[at]brusselsstudies.be

  • Logo BSI
  • Logo Innoviris
  • Logo Région Bruxelles-Capitale
  • Revues.org