Skip to navigation – Site map
116

Regards croisés sur un Centenaire. Un premier bilan des commémorations de la Première Guerre mondiale à Bruxelles

Note de synthèse BSI

Editor's notes

Ceci est le communiqué de presse relatif à l'article de Serge Jaumain, Joost Vaesen, Bruno Benvindo, Pierre Bouchat, Eric Bousmar, Iadine Degryse, Chantal Kesteloot, Olivier Klein et Karla Vanraepenbusch, publié le 6 novembre 2017

Le Centenaire de la Guerre 14-18 a engendré de multiples publications et activités scientifiques, mais aussi un nombre exceptionnel d’événements de toutes natures destinés à un large public. Même si le 11 novembre reste un moment privilégié de commémoration, il y a longtemps qu’on n’avait pas autant parlé de la Grande Guerre, éclipsée dans l’historiographie et la mémoire collective par la Seconde Guerre mondiale. Dans l’histoire des grandes commémorations, celles auxquelles nous assistons depuis 2014 frappent par leur ampleur planétaire.

Bruxelles n’a pas échappé à ce vaste mouvement. Un peu plus de trois années après le début des commémorations, une première analyse rétrospective des activités organisées dans la capitale peut donc déjà être tentée. C’est l’objet de la deuxième note de synthèse sur 14-18 du Brussels Studies Institute publiée dans le numéro 116 de la revue Brussels Studies. Serge Jaumain et Joost Vaesen (tous deux historiens, l’un à l’Université libre de Bruxelles, l’autre à la Vrije Universiteit Brussel), avec l’aide de sept de leurs collègues issus d’universités, musées et autres institutions de recherche, se sont donc penchés sur les événements commémoratifs organisés à Bruxelles, plus spécifiquement sur leurs thématiques, leurs organisateurs, leur financement et leur impact sur le grand public.

Leurs analyses montrent tout d’abord que la commémoration n’échappe pas à la fédéralisation. Les entités fédérées y ont démontré de façon éclatante le rôle qu’elles entendaient désormais jouer, en toute autonomie. La Région de Bruxelles-Capitale n’a pas été en reste, même si son implication directe fut plus tardive. Elle a mis en place elle-même des activités diversifiées et visant à toucher un large public. Son émergence comme acteur mémoriel à part entière a été une des principales leçons de ces commémorations. Mais elle n’efface pas pour autant l’action d’autres acteurs sur son propre territoire, qu’il s’agisse d’instances fédérales ou fédérées de l’État belge, d’autorités communales ou d’acteurs de la société civile. À Bruxelles, la commémoration fut souvent une commémoration partagée, mais parfois aussi concurrente.

Le tour d’horizon des activités en Région bruxelloise permet de constater une certaine réappropriation par le grand public des commémorations et, derrière elles, d’une partie de son histoire. Le public a manifesté un intérêt pour l’histoire, mais aussi pour la connaissance du passé local. C’est là un véritable appétit historique qui ne demande qu’à être nourri par un dialogue direct et original entre chercheurs et le grand public. Les simples présentations du passé semblent peu à peu céder le pas à un nouveau modèle d’interaction avec chaque citoyen, transformé en acteur de la mémoire. Pour autant que ce processus soit bien encadré, cette tendance offre d’intéressantes opportunités aux historiens, invités à entrer en dialogue avec de nouveaux acteurs qui sollicitent leur expertise. Ces sollicitations proviennent de milieux très différents, comme en témoigne l’extrême diversité des manifestations imaginées dans le cadre du Centenaire.

Globalement, la thématique de la majorité des événements bruxellois étudiés oscille entre deux axes : le quotidien des Bruxellois et l’histoire globale du conflit dans sa dimension belge. Mais il faut souligner que ces approches furent très souvent utilisées pour susciter débats et réflexions sur des questions actuelles aussi diverses que l’accueil des réfugiés, la vie quotidienne dans un pays occupé, l’image de l’homosexualité, etc. Par certains aspects, on pourrait même dire que ce n’est pas tant le passé comme objet de connaissance qui fut à l’ordre du jour du Centenaire que la présentation de certaines valeurs qui font sens pour la société d’aujourd’hui : la défense de la liberté, la solidarité, la démocratie, la cohésion sociale… Ces thèmes furent abordés à travers le vécu de civils et de soldats de toutes origines qui se retrouvèrent sur le sol belge et notamment dans la capitale.

L’approche du passé a donc été souvent utilisée comme outil de cohésion et levier d’intégration. C’est d’ailleurs un passé qui s’adresse à tous : les Bruxellois d’ici et d’ailleurs, les passionnés d’histoire, les amateurs de tourisme de mémoire, les expatriés, les touristes d’un jour…

Une commémoration plurielle donc, à l’image de Bruxelles.

Pour citer cet article
Serge Jaumain, Joost Vaesen, Bruno Benvindo, Pierre Bouchat, Eric Bousmar, Iadine Degryse, Chantal Kesteloot, Olivier Klein et Karla Vanraepenbusch, « Regards croisés sur un Centenaire. Un premier bilan des commémorations de la Première Guerre mondiale à Bruxelles », Brussels Studies [En ligne], Notes de synthèse, n° 116, mis en ligne le 6 novembre 2017, URL : http://brussels.revues.org/1576


Contact
Benjamin Wayens, Secrétaire de rédaction : bwayens[at]brusselsstudies.be

  • Logo BSI
  • Logo Innoviris
  • Logo Région Bruxelles-Capitale
  • Revues.org